Actualité

MOBILI'TÉMOIGNAGE #3 : DELPHINE, CONJOINTE DE MILITAIRE

28 avril 2021

MOBILI'TÉMOIGNAGE donne la parole à celles et ceux qui entretiennent chaque jour le réseau Défense mobilité : conseillers, candidats, recruteurs…

Cette troisième édition est consacrée au témoignage de Delphine, conjointe de militaire. Accompagnée par Défense mobilité, Delphine revient sur les étapes de sa transition professionnelle et sur l'élaboration de son projet dédié à la naturopathie.

  • Défense mobilité : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ? 

Delphine : Bonjour, je suis Delphine, 36 ans, épouse de militaire et heureuse maman de deux enfants. Durant ces sept dernières années, j’ai été Responsable adjointe dans le secteur de la beauté en région parisienne. Ma passion pour la santé au naturel m’a conduite à débuter une formation de naturopathe, que je poursuis actuellement en école de naturopathie. En parallèle, je mène une activité de consultante en santé cellulaire en entreprise.

  • DM : Quand avez-vous décidé d’amorcer votre transition professionnelle ?

D : En 2019, j’ai déménagé dans la région du Var suite à la mutation de mon mari. A vrai dire, je n’étais pas réellement préparée à ce changement, qui provoqua un choc émotionnel et aggrava une complication de santé déjà bien présente.

En 2020, je me suis intéressée à certains compléments alimentaires naturels qui m’ont d’ailleurs permis d’être de nouveau en meilleure santé. J’ai donc débuté l’activité de consultante en santé cellulaire au sein d’une entreprise.

Ensuite, je me suis intéressée à l’alimentation, l’hygiène de vie, les jeûnes, l’aromathérapie, la phytothérapie. J’ai souhaité en savoir plus sur le métier de Naturopathe afin de mieux accompagner mon entourage et mes clients pour leur donner les outils nécessaires.

  • DM : Comment avez-vous connu Défense mobilité ?

D : J’ai connu Défense mobilité grâce au café des épouses, organisé par les femmes des Généraux aux Ecoles Militaires de Draguignan. J’en profite pour remercier l’ANFEM de Draguignan et ses alentours pour leur soutien et leur amitié.

Lors de cet évènement, j’ai rencontré Mme Johanas Louis, conseillère en charge de la création d’entreprise chez Défense mobilité. Elle m’a tout d’abord conseillé de faire un bilan de compétences et de revenir vers elle dans le cadre d’une création d’entreprise.

  • DM : Pouvez-vous revenir sur les étapes de votre accompagnement par Défense mobilité ?

D : Dès mon arrivée à Défense mobilité, le conseiller en transition professionnelle a transféré mon dossier de Pôle emploi à l’antenne de Draguignan. Dans un premier temps, j’ai commencé à faire mon bilan de compétences avec un organisme extérieur. Cela a tout de même duré plus de 9 mois.  Mon dossier a ensuite été transféré auprès de ma conseillère car je souhaitais non seulement faire une formation en naturopathie mais surtout ouvrir mon entreprise. J’ai eu plusieurs rendez-vous de suivi. Cet accompagnement a duré dans sa totalité environ deux ans. Il n’est pas totalement terminé car, à la suite de ma formation, je devrai encore effectuer quelques entretiens de suivi pour la création de mon entreprise.

  • DM : Avez-vous rencontré des difficultés durant votre parcours vers la transition professionnelle ?

D : Oui. Elles furent nombreuses. J’ai effectué plusieurs enquêtes terrain et une étude de marché. J’ai également fait un prévisionnel, ce qui fut hors de mes compétences. J’ai travaillé sur la future implantation de mon cabinet et également sur le volet marketing. En somme, j’ai dû mettre en œuvre plusieurs compétences diverses et variées, sortir de ma zone de confort afin d’atteindre mon but. Ma conseillère m’a aiguillé et m’a été d’une aide précieuse en me soutenant dans mon projet.

Ce dossier est long à construire mais cela en vaut la peine. En parallèle, j’ai déposé un second dossier de financement auprès de Pôle emploi, qui a été refusé.

J’ai été très déçue et ma conseillère m’a annoncé que je pourrais, à ce moment-là, utiliser mon compte CPF. Cependant, il y a eu entretemps de nouvelles procédures administratives, ce qui ne m’a pas permis de le mobiliser. Ceci est réellement problématique, surtout quand la formation a un coût très élevé.

Néanmoins, grâce à ma conseillère, j’ai de nouveau déposé un dossier auprès de l’action sociale des Armées et de l’ADO (Association pour le Développement des Œuvres d'entraide dans l'Armée). Le financement de la formation qui restait à ma charge a été pris en compte par ces deux organismes compte tenu de ma situation financière. Lorsque ma conseillère m’a annoncé que tous les feux étaient au vert pour ma formation, ce fut un véritable soulagement. Je n’aurais jamais pu atteindre mon objectif sans ma conseillère Défense mobilité.

  • DM : Pourquoi conseiller Défense mobilité à une conjointe en transition professionnelle ?

D : Je conseille Défense mobilité à chaque conjoint(e) en transition professionnelle. Vous serez accompagné(e) de la première à la dernière étape de votre projet. Les interlocuteurs sont disponibles, compétents et vous conseillent en fonction de votre projet professionnel. Chaque conseiller possède sa spécialité.  Mon conseil : osez et faites-vous confiance car vous serez bien accompagné(e).

Défense mobilité a financé une grande partie de ma formation. Dans un an, je vais pouvoir réaliser mon rêve, à savoir ouvrir mon cabinet de Naturopathe et inviter les personnes que j’accompagnerai à adopter une hygiène de vie conforme à leurs besoins.

Pour terminer, je tenais à remercier mon mari, mes parents, mon entourage et Défense mobilité qui m’ont permis de m’épanouir personnellement et professionnellement.

MOBILITEMOIGNAGE 3 (format site)